Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Belgique: Voyage au pays de Tintin’ Category

Alors voilà, c’est vraiment fini ! Demain soir, je prends mes deux valises de 50 livres, mon énorme sac sur l’épaule, et je file vers l’aéroport. Puis, ce sera l’Écosse pendant une semaine et l’Angleterre pendant cinq jours ! Wouhou !

On dirait que de voyage en voyage, je ne m’améliore pas : chaque fois, c’est plus dur fermer mes valises ! Là, je crois que je bats un record… Ouf !

Aujourd’hui, la journée s’est bien terminée au lycée : réunion des enseignants sur la fin d’année, suivi de la traditionnelle coupe de champagne post-réunion. Je crois que je vais m’ennuyer de cette chouette tradition !

Aaaaah, Venise ! Je ne raconterai pas mes péripéties de la Vogalonga sur le blog, je le ferai plutôt en personne dans deux semaines ! En attendant, vous pouvez toujours aller zieuter mes photos…

On se voit très bientôt !

Émilie

Photos de Venise

Photos de Anvers et de Waterloo

Photos de Bruxelles

Read Full Post »

Hé voilà, c’est vendredi dernier que j’ai terminé d’enseigner ! Mon stage actif est donc terminé ! Théoriquement, mon stage se terminera le vendredi 5 juin prochain. Néanmoins, comme  »on ne pouvait pas me laisser faire un stage pendant les révisions des examens de juin », je suis de retour à l’observation pendant deux semaines. Ça fait maintenant quatre professeurs de français que je vois, et je me rends compte que je n’observe plus comme je le faisais il y a trois ans, lors de mon premier stage ! Je crois que je commence à avoir  »l’oeil critique ». Bien que je sois toujours une maitre en formation, j’ai de plus en plus d’aisance à analyser les choix didactiques des professeurs que j’observe et à réfléchir à ce que je ferais de semblable et de différent à leur place. C’est très intéressant ! Mais je dois être honnête : j’ai parfois envie de bondir de ma chaise et de continuer à enseigner ! C’est vraiment en étant en avant de la place que je m’amuse le plus, hihi !

Aujourd’hui, en quittant l’école, ma professeur associée m’a fait la synthèse verbalement de mon évaluation finale. Demain midi, nous prendrons le temps de voir ce qu’elle a écrit dans le rapport officiel d’évaluation.

Bon. Je dois être franche : on est très loin des belles éloges de mon deuxième stage… À vrai dire, je serais assez troublée d’avoir autant de points à améliorer au Québec. Mais là, on est en Belgique : j’ai dû réapprendre complètement ma grammaire pour l’enseigner différemment, et j’ai dû apprendre à donner des leçons magistrales encore et encore sur la littérature française. Les points que je dois améliorer, hé bien, ce sont des points sur lesquels j’ai commencé à travailler pendant mon stage et sur lesquels je vais continuer de m’améliorer pendant mon prochain stage. Et je serai tellement une bombe, pendant mon stage IV ! Je serai la meilleure stagiaire du monde, avec tout le travail que j’ai fait depuis le mois de mars ! Je suis très fière de ce que j’ai accompli. (Sous mes airs d’héroïne se cache quand même une petite démone : je me dis que si moi, j’ai eu une évaluation moyenne à ce stage-ci, dans les conditions-ci, bien il y aurait une bonne bonne gang de ma cohorte qui auraient été morts après dix jours de stage ! héhéhé, vilaine Émilie , quand même !)

Oh, et parlant de stage IV, j’ai eu une grande nouvelle aujourd’hui : je réaliserai mon dernier stage cet automne à l’école d’éducation internationale de McMasterville, en quatrième secondaire, avec Muriel Opinel, ma professeure de français de troisième secondaire !!! Je suis tellement contente ! C’est tellement l’école ET le niveau que je voulais avoir pour mon stage IV ! J’ai tellement hâte d’impressionner tout le monde dans l’école avec les super savoirs, savoir-faire et savoir-être que j’ai acquis ce printemps ! Mouahahaa !! Ah moi, l’ÉÉI !!!

Sur ce, je vous quitte tous pour cinq jours ; je pars à Venise à un festival d’aviron avec ma maitre associée et ses amis. Après ça, trois petites journées d’observation (et d’intense rédaction de rapport de stage !), puis je vous requitte, pour une semaine en Écosse et quelques jours à Leeds et à Londres.

Ceci est donc mon dernier article concernant mon stage. J’en créerai un dernier pour vous exposer mes dernières photos…

A+ !

Émilie

P.S Oh mon Dieu ! J’ai complètement oublié de vous raconter mon après-midi de lundi dernier ! La prof que je suis cette semaine enseigne aux doubleurs de deuxième secondaire, qui ont 7 cours de français par semaine (ooouuaaaiiiss, même moi, je trouve ça intense !!). Elle peut donc se permettre d’aller au-delà de la grammaire et de la compréhension de texte pour aborder des thèmes plus libres. La semaine passée, elle a commencé à voir les belgicismes, et elle m’a demandé si je pouvais donner un cours sur les québécismes ! J’ai donc passé une heure à expliquer à de charmants petits de 13 ans la signification de mots et d’expressions tels que  »se tirer une buche »,  »se faire passer un sapin »,  »banc de neige »,  »beure de peanut »,  »pitoune »,  »clavardage »… C’était vraiment intéressant (et vraiment drôle !) de leur expliquer comment les anglicismes se glissent sournoisement dans notre langue, mais combien le français québécois peut être plus  »français » que le français européen (magasinage au lieu de shopping ; stationnement au lieu de parking ; clavardage au lieu de chat ; courriel au lieu de mail ; etc.) Finalement, les expressions typiquement québécoises les ont vraiment fait rire ! La prof a vraiment ri quand j’ai expliqué l’origine du mot  »pitoune » et pourquoi ça veut dire  »billot de bois » et  »jolie fille », dans un sens un peu péjoratif, mais j’ai peut-être traumatisé quelques élèves… Pour ceux qui ne connaissent pas l’origine du mot, je vous l’expliquerez, hahahaha !!!

Read Full Post »

Photos de Bruges…

Photos de Strasbourg et de Paris…

Photos de Bruxelles mises à jour…

Aaaaaah ! Quoi de mieux que de partir la fin de semaine vers une destination culturelle et millénaire pour le simple plaisir de la découvrir ?

Bruges

Il y a trois semaines, je suis allée visiter Bruges, ville du Moyen-Âge dans le nord de la Belgique. C’est teeeellement beau ! J’ai suivi le conseil souvent entendu de ne pas me faire reconnaitre comme francophone et de plutôt parler anglais… Oui, Bruges est dans la région flamande de la Belgique, où parler français n’est pas super bien vu… Mais bon, j’ai sorti mon anglais aussi facilement que je le fais avec mon bébé d’amour torontois (les  »hey sexy »,  »baby » et autres  »mmm… love your butt! » retirés toutefois de mon vocabulaire courant), et je me suis fait passer toute la journée pour une jeune touriste canadienne.

Oh, et devinez ce que j’ai trouvé dans le petit marché en plein air de Bruges ? Un verre à Leffe pour seulement 3 euros ! Yé, je n’aurai pas eu à payer 100 euros dans une boutique de souvenirs pour en rapporter un à la maison !!

Bruxelles

Aaaah, on n’a jamais terminé de visiter sa ville ! La semaine passée, j’ai visité le musée de la famille royale belge et les fondations du palais de Bruxelles du Moyen-Âge. Wow, j’ai appris qu’il y a un prince royal qui a mon âge !! Il s’appelle Amedeo, et il est plutôt mignon… Je suis à sa recherche depuis que je suis au courant de son existence, et je ne désespère pas de le rencontrer d’ici mon retour à la maison. Bon,  »théoriquement », il doit présentement être en Angleterre, ou bien en train de flirter avec ses cousines royales dissiminées dans toutes les cours d’Europe, mais ce n’est pas grave… Je garde l’oeil ouvert que je me promène près du palais, héhé !

Paris

Aaaah, Paris ! Ville d’histoire, de culture et de Parisiens chiants !

Hé bien, en une fin de semaine, je n’ai pas chômé ! Voici une petite liste de trucs que j’ai visités avec une petite appréciation…

Tour Eiffel : vraaaaaaiment surévaluée ! Beaucoup moins impressionnant qu’on ne pourrait le croire. Bon, la nuit, illuminée, elle est magnifique. Mais, franchement, de jour, ce n’est qu’un truc rouillé… J’ai été plus impressionnée par l’Atonium de Bruxelles, pour être honnête ! (voir photos de Bruxelles…) Je ne suis pas montée dans la tour Eiffel, il y avait tellement de touristes !!!

Le Louvre : Oh mon Dieu, si j’étais Parisienne, je serais une amie du Musée et j’irais le visiter à toutes les semaines !! J’ai vu la collection égyptienne, la Vénus de Milo, La Jonconde, les joyaux de la couronne française, un tas d’autres oeuvres fantastiques. J’ai vu au maximum 2% de ce contient le musée ! C’est tellement immense ! Et tellement magnifique !!!

Musée d’Orsay : Aaaaaaah, toute notre vie, on voit des reproductions de tableaux de Monet, Cézanne, Degas (les ballerines !), Renoir, Van Gogh… Mais les voir en vrai… On comprends, quand on voit les reproductions, pourquoi leurs oeuvres sont des chefs-d’oeuvres… Mais quand on les voit en vrai…….. Avec la lumière naturelle… Et on voit la texture de la peinture… Wow… Wow !

Montmartre : Ah, le Moulin Rouge, la butte de Montmartre et la vue sur Paris… C’est aussi le quartier de la prostitution… Je me suis plus fait aborder et proposer des offres indécentes ce samedi après-midi que durant toute ma vie…… Troublant…… Très troublant…

Saint-Germain-les-pré et boulevard Saint-Michel : le plus beau quartier du monde ! Et il y a des cafés partout ! Évidemment, c’est dimanche que j’ai découvert le boulevard Saint-Michel, avec toutes ses boutiques… fermées parce que c’est dimanche… Pff, les Européens ne vivent pas le dimanche !!!!

Notre-Dame-de-Paris : WWWWOOOOWWW !!! Tellement impressionnant !! Et le plafond est tout noirci des cierges et des chandelles qui ont brulés dans la cathédrale pendant des siècles et des siècles… Vraiment trop de touristes, par contre. Qui prennent des photos et qui parlent… Ceux qui font ça devraient être éjectés des églises. L’atmosphère pieuse des églises fait partie des attraits des églises, ce n’est pas le moment de parler super fort de ce que l’on a envie de manger pour souper ou de se faire photographier devant un tombeau !!!

L’hôtel des Invalides : bon, comme il n’y a pas de réductions dans les musées pour les étudiants venant de l’extérieur de l’Europe, j’ai atteint la limite de mon budget musées assez vite. Je n’ai donc pas payé un autre 8 euros pour aller visiter le tombeau de Napoléon… J’ai pris une photo de sa statue dans la cour intérieure, toutefois ! héhé

Les Parisiens : Quand on me répond en anglais dans un restaurant ou un cagé, je ne me gêne pas pour dire d’une voix forte, froide et claire :  »Pardon ? Je ne parle pas anglais. Je veux être servie en français ! » Ça marche plutôt bien. Il faut dire qu’en adoptant un peu l’attitude chiante parisienne, ça me donne un air assurément francophone…

Synthèse : Paris est une ville magnifique, et je n’ai pratiquement rien vu en une fin de semaine… Il faudra que j’y retourne ! La présence de mon bébé d’amour m’a manquée, ça c’est sûr… Et les Parisiens sont nuls, comme je m’y attendais. Finalement, le covoiturage, c’est trop génial ! 22 euros pour un aller-retour Bruxelles-Paris !

Prochaine destination : Anvers, cette fin de semaine.

Read Full Post »

Bon. Pour être tout à fait honnête, j’ai arrêté d’écrire sur ce blog depuis la visite de la préfète. Disons que je reportais encore et encore le moment fatidique où j’allais finalement en parler ouvertement…

Ma première semaine d’enseignement complet (où j’enseignais aux trois niveaux d’enseignement) s’est plutôt bien passée. Enfin, j’avais beeeeaaaaauuucoup de rétroaction sur des points à améliorer, mais les cours roulaient bien et j’avais beaucoup de plaisir à enseigner le théâtre de Molière et les théories de Rousseau. J’étais donc confiante pour la période du lundi matin, à laquelle la préfète devait venir assister…

J’étais donc confiante, j’ai donné mon cours et j’ai reçu de la rétroaction de ma maitre associée à la récréation, après mon long cours de deux heures aux élèves de deuxième année. Ohlala, c’est là qu’elle m’a dit que mon cours était beaucoup trop magistral, et que l’extrait de pièce que j’avais analysé avec les élèves était très mal choisi… Après réflexion, elle avait raison, mon extrait sur Dom Juan n’était pas le meilleur pour parler de la satire de l’ypocrisie selon Molière. Ça, je le reconnais. Mais mon cours était mal structuré, ce que je reconnais aussi, mais je ne sais pas, moi, comment planifier une leçon d’histoire littéraire ! C’est un truc de cégep, l’histoire littéraire, et je suis contrainte d’utiliser la forme magistrale pour donner mes cours, je me sens assez coincée. Bref, j’ai essayé de  »recopier » l’enseignement de ma maitre associée pour donner ma leçon, mais apparemment, celle-ci était beaucoup trop ex cathedra…

Bon, la rétroaction, elle a bien passé, mais là, j’anticipais beaucoup ma rencontre avec la préfète !

Côté rétroaction, ses commentaires étaient identiques à ceux de ma prof, donc c’était bien… Côté stagiaire étrangère, toutefois, disons que je ne l’ai vraiment pas impressionnée… Franchement, je ne sais pas si elle acceptera de nouveaux stagiaires du Québec dans les prochaines années… Notre accent est presque incompréhensible pour les élèves et nous avons moins de connaissances sur la littérature (sic)…

Je me suis plantée un peu aussi dans ma dernière leçon sur Jean-Jacques Rousseau… Je me suis toutefois rattrapée (je crois) sur le théâtre de l’absurde… Vendredi, je donne mon dernier cours au rhétoriciens (cégépiens). Ce sera le meilleur cours sur Samuel Beckett jamais vu !!!

Courage, courage, courage, c’est bientôt fini… (voir l’article Sur ma liste de vie)

Read Full Post »

Tout d’abord, merci beaucoup à tous ceux qui m’ont écrit des commentaires d’encouragement la semaine dernière, j’en avais vraiment besoin ! Ce fut un dur retour à la réalité du stage la semaine passée, mais là, ça va beaucoup mieux !

Après avoir pleuré de désespoir tout ce que mon corps pouvait bien pleurer, je me suis prise en main, et j’ai décidé d’appliquer à fond tooooooous les commentaires que mon enseignante associée m’avais donnés lundi le 20 avril.  Et ça a fonctionné ! Depuis cette semaine, mes cours de grammaire vont beaucoup mieux ! J’ai vraiment beaucoup travaillé pour m’adapter à l’analyse structurale traditionnelle (qui ressemble finalement beaucoup à l’analyse structurale nouvelle), et analyser des phrases avec les élèves est maintenant un vrai jeu d’enfant ! Et je me sens beaucoup plus confiante pour répondre à toutes leurs questions et pour les aider quand ils n’ont pas saisi un morceau. C’est génial ! Vive la grammaire !

Oh-mon-Dieu. Et vive la littérature !!!!! Hé oui, depuis vendredi dernier, j’enseigne maintenant aux plus vieux. Avec les 6e secondaire, j’ai commencé à travailler sur le théâtre de la cruauté d’Antonin Artaud et sur la philosophie de Jean-Jacques Rousseau. J’adore mes discussions avec mes élèves !!

Et avec les 4e, je suis à fond dans Molière. Bon, d’accord, je suis un peu obligée de faire des exposés magistraux, mais je pose vraiment tout plein de questions à mes élèves, et ils embarquent ! Aujourd’hui, nous avons analysé la scène de la galère dans  »Les fourberies de Scapin ». Les élèves étaient morts de rire ! Quelle belle ambiance ! Et nous avons travaillé les procédés comiques, alors nous avons dû relever tous les procédés qui font rire dans l’extrait, comment et pourquoi. C’était vraiment génial. Les périodes passent trop vite !

Bref, mon moral va beaucoup mieux depuis une semaine ! hihi !

Oh, hier soir, je suis allée souper chez des amis de ma maitre associée. C’est vraiment une gang bien sympathiques ! Les gens se connaissent tous, car ils sont dans le même club d’aviron, et il y a quelques anciennces élèves de mon enseignante associée. Je vais faire de l’aviron avec eux ce samedi, et je vais les accompagner dans leur voyage d’aviron à Venice à la fin du mois de mai. J’ai l’impression qu’à partir de maintenant, la fin de mon voyage va vraiment arriver vite !

Read Full Post »

Bon, avant que l’on se mette à s’inquiéter, je ne suis pas encore en échec. C’est la bonne nouvelle de l’article !

Mes deux semaines à Montréal ont été fantastiques, mais en même temps très bizarre : ça fait très drôle d’être en vacances dans sa ville d’origine ! Enfin, j’ai eu beaucoup de plaisir à revoir mes amis, à célébrer Pâques avec ma famille, à passer du temps avec mon copain, et j’ai bien travaillé sur les auteurs que je dois aborder avec mes élèves.

Ce matin, toutefois, dur  retour à la réalité… Je suis revenue de Montréal en fin de semaine, donc je suis encore pas mal sur le décalage horaire en ce lundi tristounet. Ce matin, j’ai enseigné un cours vraiment intense de deux heures sur la gramaire à mes élèves. Ah, les chers petits, ils sont tellement géniaux ! J’ai beaucoup de plaisir avec eux ! Dans un de mes exercices sur la subordonnée infinitive, j’ai réussi à mettre un extrait des paroles de la chanson Belzébuth des Colocs :

Couché en boule dans mon p’tit coin

J’écoute parler mes p’tits bourgeois

J’ai l’air d’un chat, j’ai l’air de rien

Que c’est qu’y disent à mon sujet

Les élèves ont trouvé ça marrant quand je leur ai chanté les paroles et continué un peu la suite ! hihi

Le moins drôle, ce fut la rétroaction de mon enseignante associée. Je crois que si je me faisais dire ça au Québec, je serais en échec assuré. Bon, j’essaie de me dire que j’ai des circonstances aténuantes ici, mais la rétroaction fait quand même mal. Très mal. Je ne suis finalement pas si bonne enseignante de français que ça… Enfin. Dure journée. Il ne reste que 7 semaines de stage…

Read Full Post »

Ohlala, quelle semaine ai-je passée avec les élèves !! Le voyage scolaire avec les rhétoriciens en France fut toute une aventure !

D’abord, c’est 15 heures de route et d’arrêts que nous avons mises pour nous rendre à La Palud sur Verdon, dans les Alpes de Haute Provence. Passer la nuit dans l’autobus m’a rappelé mes longs voyagements en Australie, hihi !

Comble de l’horreur pour les 32 élèves et moi-mêmes qui avions teeeeellement hâte de trouver un peu de chaleur dans le sud de la France : nous n’avons eu qu’une seule journée (sur six) sans pluie. Comme disent les Belges, il  »drashait » fort ! Nous avons quand même eu beaucoup de plaisir pendant notre semaine de voyage sportif : randonnées en forêt, visite d’un village abandonné, kayak dans les gorges du Verdon (le plus gros canyon de France), escalade, tyrolienne au-dessus du vide et activités de  »cordes » sur les parois des falaises… Attendez de voir les photos, c’est vraiment intense !!

Les jeunes sont vraiment chouettes. J’avais un peu peur qu’ils ne me prennent pas au sérieux à cause de la très mince différence d’âge entre nous (ils ont entre 18 et 20 ans…), mais finalement, ça se passe très bien. J’ai très hâte de leur enseigner ! Je crois même que j’aimerais peut-être me diriger vers l’enseignement au collégial plutôt qu’au secondaire… Les rhétoriciens de 18 ans ne sont pas toujours plus matures que mes bébés de deuxième secondaire, mais ils posent de si intéressantes questions ! Et ils sont si curieux ! Et si vifs d’esprit ! C’est à suivre…

Finalement, j’ai pris une grande décision pendant mon voyage en France. Bon, je crois que j’ai dit plus d’une fois combien ça me stresse de ne pas bien connaitre les notions de littérature et de philosophie à enseigner ici, et de ne pas bien connaitre la vieille méthode d’analyse grammaticale… Mon enseignante associée m’a bien prêté quelques bouquins, mais moi, c’est mes livres et mes notes de cours d’université qui me manquent pour préparer mes leçons…. Alors voilà, après avoir, pendant une semaine, pesé le pour et le contre, j’ai décidé de prendre mes deux semaines de congé de Pâques pour revenir à Montréal afin de planifier mon stage avec soin. C’est sûr que passer deux semaines à Paris et à Barcelone aurait été plus exotique, mais ça m’aurait laissé beaucoup moins de temps pour planifier… Et encore, je n’aurais pas eu mon matériel universitaire… Dans ma valise, je n’ai que des feuilles mobiles et mon bescherelle ! J’anticipais avec beaucoup d’appréhension mon emploi du suivi personnalisé aussi… Faire des appels téléphoniques entre minuit et 3 heures du matin à Paris et à Barcelone, trouver des cafés internet ouverts 24h dans des villes inconnues et être trop crevée pendant la journée pour visiter les musées… plutôt moche aussi ! Alors voilà, au lieu de dépenser mes économies à voyager, bien je vais les utiliser à bien planifier mon stage à la maison, à Montréal sur Saint-Laurent.

Je crois que je mets mes priorités au bon endroit, parce qu’il faut bien que je le réussisse, ce stage ! Et je vise la réussite avec excellence, comme d’habitude. J’avais peur de me sentir lâcheuse en revenant deux semaines au Québec, mais en y réfléchissant bien, c’est plutôt une marque de sérieux et d’organisation. Le stage hors-Québec pour les futurs enseignants du français au secondaire, ce n’est vraiment pas évident, surtout en Europe, où même la populace mange de la littérature française au petit déjeuner. Je ne sais pas si je vais le recommander aux étudiants des autres cohortes de mon programme d’ailleurs…

Côté positif : je vais passer Pâques avec ma famille, mes amis et mon amoureux !

Côté moins positif : ouf, Bruxelles-Montréal à la dernière minute, c’est assez onéreux…

Côté positif : je vais teeeeellement préparer les meilleurs cours de littérature, de grammaire et de philosophie au monde que ma professeure associée belge ne pourra faire autrement que me donner une super bonne note à la fin de mon stage ! mouhahaha !

Read Full Post »

Older Posts »