Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Suisse: Balade au paradis du chocolat’ Category

Mes élèves!! =)

Mes élèves!! =)

La lecture assidue de vos blogs m’a donné le goût de partager moi aussi un peu de mon expérience de stage avec vous, stage dont je suis déjà à mi-chemin. (Aahhh, ça passe si vite!)


D’abord, je dois admettre que le fait que d’autres stagiaires québécoises soient passées avant moi a rendu les choses beaucoup plus faciles : élèves comme enseignants s’intéressent beaucoup au Québec/à mon stage, et  je n’ai pas eu à clarifier et redéfinir mon rôle de stagiaire dans la classe auprès de mes enseignants-associés comme certaines d’entre vous.

Ainsi, dès les premiers jours, on m’a déjà laissé de nombreuses occasions d’intervenir et de prendre en charge la classe et confié certains aspects du contenu du programme éducatif valaisan (l’éducation est un champ de compétence cantonnale puisque seulement 4 des 26 cantons suisses sont francophones). J’avais déjà pris connaissance avec le programme avant mon départ, qui me semblait assez similaire au nôtre: le français, et les mathématiques en priorité, ensuite l’allemand, l’histoire, la géographie et les sciences et finalement, l’éducation physique (ici, pas de spécialistes!), la musique et les « travaux manuels » (l’équivalent de nos arts plastiques).


Mais en pratique, m’ajuster et me familiariser avec les contenus n’a pas été de tout repos! Le niveau de maîtrise de la grammaire, des sciences et du calcul mental attendu ici est beaucoup plus avancé qu’au Québec. Souvent, je me sens incompétente/déstabilisée devant la classe lorsque je me fais corriger par mes enseignants-associés, et j’en perds mon habituelle assurance devant un groupe d’élèves. J’ai  souvent l’impression de ne pas être à la hauteur comme stagiaire, parce que leurs attentes sont tellement différentes! Aussi, je ressens une certaine forme de pression pour mener à bien mes « leçons », car nous sommes dans la période de révision pour les examens cantonnaux de fin d’année, auxquels je dois les préparer!


Autre surprise : même si les élèves de ma classe sont considérés comme étant en difficulté de comportement et d’apprentissage, ils sont beaucoup plus polis, encadrés et respectueux des règles que ce à quoi je m’attendais. Ils m’applaudissent après une leçon, attendent leur tour pour prendre la parole, viennent me serrer la main à la fin des cours, etc. Il existe d’ailleurs une certaine forme de « rapport hiérarchique » entre les maîtres et les élèves ici, relation qui facilite la gestion de la classe et la reconnaissance de la profession enseignante.Les maîtres et maîtresses ici ont beaucoup plus de « pouvoir » social que c’est le cas au Québec: les modalités de gestion de classe se limitent donc souvent à employer un ton ferme, menacer ou ridiculiser l’élève fautif devant les autres, etc. Les règles qu’ils doivent respecter ne sont pas listées par écrit et sont souvent implicites: faire plaisir au maître et satisfaire ses exigences du moment…  Je vous avouerais que je ne suis pas totalement en accord avec une telle façon de faire (qui ressemble étrangement à celle que l’on retrouvait il y a quelques années au Québec) et que ce n’est pas toujours évident de faire valoir mon point de vue différent en ce qui a trait à la discipline…


L’évaluation aussi prend ici une forme davantage traditionnelle: contrôle des devoirs et leçons, dictées, évaluations formatives et sommatives, etc. On n’hésite pas à mentionner les résultats des élèves à voix haute et à faire des distinctions parfois dévalorisantes entre les « bons » et les « mauvais » élèves. Aussi, même s’ils ont du matériel informatique sophistiqué à leur disposition (ex : un tableau-écran interactif où ce que l’on écrit s’enregistre dans l’ordinateur- un gadget tout simplement GÉNIAL!), les formules pédagogiques employées en classe consistent souvent en des démonstrations ou des exposés magistraux, où l’enseignant explique la notion à l’avant, lit le manuel avec les élèves, puis leur fait remplir des fiches d’exercices. D’ailleurs, je me suis fixé comme objectif personnel d’introduire mes leçons avec des éléments déclencheurs intéressants pour susciter la motivation des élèves aux apprentissages, élément qui, à mon avis, est trop souvent négligé ici…

Bon, il me semble avoir fait le tour de toutes ces choses qui m’ont amené à réfléchir ces dernières semaines! Ouf! j’en avais, des choses à dire! L’enseignement en Suisse peut être à la fois si semblable  mais si différent de celui au Québec… Malgré tout, pas un jour ne passe sans que je m’attache davantage à mes élèves, leurs sourires et leur énergie contagieuse…  Je redoute déjà le moment du départ!

Read Full Post »

img_01731

WOAHHHHH! J’y suis enfin, et avec tous mes bagages!

Déjà une semaine de stage de complétée: c’est fou comme ça passe vite!  Arrivée à Martigny après presque une journée de vols, de train et d’attente, j’ai à peine le temps de m’installer et de me reposer que c’est déjà le moment du départ en échange linguistique avec les élèves. Me revoilà partie! Heureusement, j’ai été chaleureusement accueillie par les élèves et les enseignants, qui font tout pour faciliter mon adaptation. J’ai donc eu la chance de faire leur connaissance dans un contexte assez convivial et récréatif. Malgré tout, une semaine en allemand lorsqu’on ne sait baragouiner que quelques mots, il y a de quoi être déboussolée!

Ce n’est qu’à notre retour, vendredi dernier, que j’ai pu réellement visiter Martigny, qui est une petite ville vraiment sympathique au creux des Alpes. Durant la fin de semaine, deux amis sont venus me visiter et nimg_0209ous sommes allés skier au Verbier, le plus grand domaine skiable au monde: c’était p-a-r-a-d-i-s-i-a-q-u-e !!

Aujourd’hui était donc mon premier vrai jour de classe. Les élèves sont très polis et bien encadrés: ils m’appellent « maîtresse » et viennent me serrer la main à la fin des cours. Aussi, mes enseignants associés me laissent déjà de la place dans la classe, et l’occasion d’expérimenter des activités.

Je vous laisse sur un petit lexique suisse/québécois d’expressions qui m’ont fait hausser les sourcils cette semaine!

La petchak = La slotche/gadoue

Action-vérité  = Vérité-conséquence

img_7026C’est quelle heure ? =  Il est quelle heure?

Avoir les bringues = Avoir ses règles

Le car  = le bus

100 balles   = 100 francs

Read Full Post »

visaÀ moins de 15 jours avant mon départ pour la Suisse, la chance n’est assurément pas au rendez-vous!

D’abord, mon visa ne m’a toujours pas été livré, alors que mes démarches auprès du consulat suisse ont été faites au mois de novembre dernier, et qu’on m’avait dit à ce moment que le processus devrait normalement durer un maximum de 5 semaines!

plane1De plus, Tourisme Jeunesse, l’agence de voyage où j’ai acheté mon billet d’avion, a fait une erreur sur la date de départ lors de l’envoi de la confirmation électronique. Puisque je tentais sans succès de les rejoindre par téléphone pour corriger le tout, je me suis rendue sur place. Surprise! Une affiche m’annonçait qu’ils avaient fermé leurs portes…

Bref, en cette fin de session intensive, je crois qu’aucune stagiaire du groupe hors Québec ne sera épargnée de petits ou plus grands moments d’angoisses. Je souhaite que vos démarches aboutissent comme vous le désirez et surtout, aussi rapidement que vous le voulez. Pour ma part, j’ai bien hâte de rencontrer mes élèves suisses!

Read Full Post »